Château de La Loupe 28240
du 29 septembre au 14 octobre 2012
Expo 2012
#5
Beata Bieniak

Nicolas Boutruche

Claudine de Faÿ

Kementaris

Pascal Lecoeur

Expo des lauréats du concours "les photos de l'année"



Au cœur de l’imaginaire

Diversité. Le mot est employé à toute occasion, parfois abusivement. Mais il est un territoire où la diversité a naturellement sa place, mieux que partout ailleurs. C’est au château de La Loupe, qui accueille une nouvelle fois l’exposition Photo-graphie, rendez-vous de la photo de création.

Rendez-vous national et même international, puisque cette 5e édition est l’occasion de présenter les travaux de Beata Bieniak, artiste polonaise dont l’œuvre est un savant mélange de numérique et d’argentique. Autodidacte, amateur au sens noble du terme, Beata Bieniak nous a adressé ses montages surnaturels, fruits de visions imaginatives, qui la libèrent et lui permettent de s’épanouir.

Moins loin dans l’espace mais très loin dans le temps — tenez-vous bien, l’homme est né au siècle dernier, le XXe ! —, Nicolas Boutruche est très vite attiré par l’image. Courts métrages, spots publicitaires, voici maintenant qu’il fait des photos. Tenez-vous bien, encore une fois, car ce sont des photos en apesanteur. Dans ce monde sens dessus-dessous, tout a pris de la hauteur pour transformer la réalité trop banale, pour « déguiser l’ennui en comédie ».

Autre incarnation de la diversité artistique, le travail signé Kementaris. Un pseudo qui cache un homme d’une trentaine d’années qui a quitté l’univers de l’industrie automobile et de l’aviation pour celui, plus surréaliste sans doute, du photo-montage. C’est là qu’il concrétise ses influences — Jules Verne, Salvador Dali, ou encore Gieger, décorateur suisse halluciné, créateur des décors du film Alien.

Plus loin sur nos cimaises, une galerie de portraits signés Pascal Lecœur. Comme son nom l’indique, serait-on tenté de dire. Car Pascal Lecœur photographie la Normandie en voisin, dans le cadre de son travail de commerçant ambulant. Chaque visite est une occasion de fraterniser avec des gens simples, discrets, modestes, économes. Et de les prendre en photo.

On ne voit bien qu’avec Lecœur ?

On ne rêve bien qu’avec les yeux, répond Claudine de Faÿ. Plus qu’une question d’esthétique, la photographie est pour cette Parisienne d’adoption une matière, un prétexte pour exprimer la mémoire individuelle ou collective. Une invitation à voyager autrement, entre l’imaginaire et le réel. Entre le texte et l’image.

Diversité toujours, l’exposition Photo-graphie#5 de 2012 est aussi l’occasion d’honorer la photographie professionnelle. Des « pros » qui se sont réunis en mars dernier pour récompenser les meilleurs travaux, dans quinze catégories — portrait, mariage, reportage, etc. Un spectre aussi large que la profession elle-même, et une occasion de rendre hommage au jeune reporter Rémi Ochlik, qui a payé de sa vie, en Syrie, sa volonté d’informer. Ses dernières photos résonnent donc d’une force particulière parmi les travaux des quinze lauréats.

Philippe François

Vernissage le samedi 29 septembre 2012 à partir de 18h

Expo du 29 septembre au 14 octobre
au château de La Loupe (28240)

En semaine de 18h à 20h
Week-end de 10h30 à 12h et de 14h30 à 19h
Entrée libre

Les horaires de visite
Revue de presse
Télécharger le dossier de presse